Comment bien arroser son bonsaï ?


Il est difficile de décrire l’arrosage des bonsaï.

Il n’y a pas de règles précises.

Néanmoins, nous pouvons affirmer que la majorité des variétés cultivées en bonsaï ne doivent jamais avoir un sol déshydraté.

La fréquence :

La fréquence d’arrosage est gérée par le volume de terre. Plus le volume est grand, moins le substrat sèche vite. Un petit volume de terre (20 cm cubes) devra s’arroser tous les deux ou trois jours. Par contre un gros volume de 50 cm cubes s’arrosera une à deux fois par semaine.
Aussi, si le substrat est composé essentiellement de tourbe, il sèchera moins vite qu’un substrat à base d’akadama.
Un substrat très drainé sèchera aussi plus vite.
Il est important de biner la surface de terre de votre bonsaï tous les deux ou trois mois afin d’aérer le sol et de permettre à l’eau d'y pénétrer plus vite.

Adaptez la fréquence à l’environnement. La terre sèche plus vite en été qu’au printemps ou en automne. L’hiver, méfiez-vous des chauffages secs.

La méthode :

Arroser ou baigner ?

Arroser consiste à verser de l’eau avec une bouteille ou un petit arrosoir à pomme fine sur la surface de la terre d’une manière homogène jusqu’à ce que l’eau coule par les trous de drainage dans la soucoupe.

Le bain consiste à immerger l’ensemble du pot sans dépasser le bord supérieur de celui-ci afin de laisser l’eau monter par percolarité jusqu’à ce que la terre soit humide en surface.

A l’exception des gros bonsaï insoulevables, trop encombrants ou trop fragiles qui devront être arrosés, c’est le type de sol qui devra orienter la méthode :
Si votre sol est très lourd, compact, à base d’argile, favorisez les bains, jamais plus de 10 à 15 minutes. Si votre terre n’est pas humide en surface après 15 minutes, votre terre devra être aérée en la binant en surface.
Si votre sol est plutôt léger, à base de terreau, de tourbe, et même très drainant, favoriser l’arrosage.

La vaporisation :

La vaporisation sur les feuilles est conseillée le plus souvent possible, mais jamais au soleil !

D’origine tropicale ou équatoriale, la plupart des bonsaï d’intérieur ont besoin d’humidité dans l’air. La seule méthode efficace pour recréer de l’humidité est de vaporiser de l’eau sous forme de gouttelettes les plus fines possibles impérativement sans calcaire sur les feuilles.
Une bonne vaporisation est une vaporisation qui ne coule pas, de préférence du bas vers le haut afin que les gouttelettes d’eau se figent sous le feuillage.
Augmenter la fréquence de vaporisation quand l’air est sec ou en été lorsque le bonsaï est en léger courant d’air.

Pour les bonsaï d'extérieur, vous pouvez "bassiner" le feuillage le soir ou tôt le matin. "Bassiner" consiste à mouiller en abondance le feuillage à l'aide d'un arrosoir à pluie fine.
Nota: protéger le sol d'un excédent d'eau.

Ne pas utiliser de bombes aérosol type brumisateur, si ceux-ci contiennent des gaz froids.
PARIS BONSAÏ dispose de vaporisateurs adaptés.

Les soucoupes :

Une autre méthode moins efficace pour recréer de l’humidité est de poser votre bonsaï sur une soucoupe remplie d’argile expansée présentée en petites billes ou concassée. Evitez le sable ou le gravillon dans la soucoupe. Nettoyez les billes et la soucoupe tous les mois.
Vous pouvez laisser de l’eau en permanence dans la soucoupe. Néanmoins, cette méthode n’apporte que très peu d’humidité utile pour le feuillage. Elle limite légèrement l’évaporisation de l’eau au fond du pot.
Il ne faut jamais laisser le fond du pot baigner dans l’eau de la soucoupe, pour cela, le bord de la soucoupe ne devra pas être plus haut que la hauteur des pieds de la soucoupe.

Le rôle de la soucoupe est essentiellement pratique, elle retient l’eau versée en excédent dans la terre de votre bonsaï. Vous ne salirez pas votre table.