L'art du bonsaï

 

Un bonsaï n’est pas un arbre ou une variété d’arbre. C’est un art qui réunit une technique spécifique de taille sur les branches et les racines et une élaboration esthétique consistant à évoquer les arbres et leurs exceptions dans la nature.

Vous tenez dans le creux de votre main des arbres qui peuvent atteindre pratiquement le même âge que leur homologue dans la nature.

Les bonsaï sont souvent classés par tailles :
Exemple : une main pour les petits bonsaï qui tiennent dans une main, puis 2 mains, puis 4 mains.

Généralement, on distingue trois tailles :
- Les Shoïn qui sont des arbres qui dépassent rarement 12/15 cm. Ils sont recherchés, car difficiles à cultiver et à conserver de par leur grande régularité d’arrosage. Les vrais collectionneurs en sont friands.
- Les bonsaï de 30 à 80 cm de haut restent les arbres les plus intéressants du débutant au confirmé. Ils nous permettent d’apprendre, pardonnent bien des erreurs d’entretien. Leur prix reste accessible. Ils représentent 80 % des bonsaï.
- Les grands bonsaï entre 80 et 120 cm sont soit des arbres issus de prélèvements qui demandent entre 6 et 10 ans de travail pour aboutir à un bonsaï affirmé, soit des arbres achetés dans le commerce qui représenteront la quintessence de votre collection.

Vous vous offrez alors 10 ans, 20 ans ou 50 ans de travail d’autres hommes qui ont pris le temps de cultiver cet arbre uniquement pour votre bonheur.

Le bonsaï :

C’est la manière de cultiver un arbre ou arbuste ligneux en taillant successivement les racines et les branches pour le maintenir de petite taille...
C’est également l’art de trouver un équilibre harmonieux entre les racines, le tronc, les branches et les feuilles y compris la taille, la forme et la couleur de la poterie.

Originaire d’Asie, et vieux de plus de deux mille ans en Chine, ce sont les Japonais qui excellent dans cet art.
Découvert en France à la fin du 19ème siècle lors de l’exposition universelle de PARIS, ce n’est que depuis les années 1970 et 1975 que le bonsaï est connu de certains commerçants allemands et hollandais, puis par le grand public.

En France, le grand essor du bonsaï a eu lieu dans les années 1980. Les facilités d’expansion et de commerce avec l’Asie ainsi que les techniques d’importations évoluant, beaucoup de "marchands" de bonsaï promulgueront ces petits arbres. Vingt ans après ne sont restés que les vrais professionnels mais également de vrais amateurs qui savent trouver de beaux arbres directement chez le producteur ou le pépiniériste asiatique.

La culture du bonsaï a beaucoup évolué depuis les années 1992 / 95. Aujourd’hui, chacun peut s’offrir un arbre cultivé en bonsaï quels que soient ses moyens.

Pour quelques dizaines d’euros on trouve des arbres de grande consommation à des prix souvent "promotionnels" ou "soldés",  soit dans les circuits de la moyenne et de la grande distribution, vous achetez un prix et non pas un travail ou une qualité de travail. Ces arbres ne sont pas des bonsaï créés dans l’art et la manière, mais plutôt des boutures ou des marcottes cultivées dans des poteries à bonsaï. Bien que de petite qualité, on peut y trouver un plaisir pour peu que l’arbre soit, dans la quantité, choisi avec soin, et, en urgence soit retravaillé, soit taillé, rempoté, ou engraissé.

Une seconde solution consiste à s’adresser à un professionnel. De formation horticole et amateur de bonsaï confirmé, il est apte à orienter votre choix dans les règles de l’art. Si c’est votre premier bonsaï, ne soyez pas étonné que celui-ci vous pose des questions sur votre environnement ou sur vos habitudes...horticoles. Il faudra en plus de ces conseils un service complet de garde pour les vacances ou de soins si besoin est. Les meilleurs proposent des ateliers qui vous permettent de dépasser le stade du bonsaï dans le cadre de la décoration de votre habitation pour accéder à la création à partir d’arbres et arbustes de nos climats. Ces ateliers ont pour but de vous initier aux techniques culturales plus qu’à l’art en lui même. Ils vous guideront pour le matériel, les outils et les diverses méthodes tels la ligature, la taille et le pincement. D'autres thèmes seront aussi abordés comme les rempotages, le choix des substrats et des poteries...Un conseil  avisé de temps en temps vous permettra de découvrir que l’on peut encore modeler ou affiner la forme de votre arbre avec le temps et vous évitera de transformer votre bonsaï en "petit buisson" d’appartement.

N’oublions pas que beaucoup d’amateurs ont commencé par acheter un bonsaï dans les différents circuits du commerce. La plupart ont été bien informés par des professionnels et se sont orientés vers des associations et des clubs. Ils sont une minorité en France, moins de 5000, mais souvent très actifs bien que dans de petites structures. Il faut admirer la qualité des expositions organisées dans toutes les grandes villes de France, souvent avec très peu de moyens et beaucoup de "système D" propre à notre tempérament... pas de pétrole mais des idées ! Nos confrères européens font aussi de grandes expositions à grand renfort de communication qui sont un peu la source de nouvelle passion pour les visiteurs ou les simples jardiniers du dimanche.

L’avenir du bonsaï est sans conteste lié aux bons professionnels. Ils ont compris que les clients deviennent exigeants et ne sont plus dupes des produits vendus à des prix prohibitifs. Plus le choix sera étendu et le conseil efficace, plus le bonsaï redeviendra un petit arbre cultivé simplement d’une manière un peu différente. Les amateurs y trouveront toujours leur matière première et de superbes spécimens importés d’Asie de plusieurs dizaines d’années qu’ils ne pourront jamais trouver en France.

Sylvain, Isabelle, Cédric, Auriane et Thibault de PARIS BONSAÏ sont à votre disposition pour vous aider et vous accompagner dans la culture de ces petits arbres.